--:-- / --:--

   L'association Music Park est une association a but non lucratif, dont les statuts ont été déclaré le 29 juillet 2011 à la préfecture de Nimes, et parue dans le journal officiel le 08/09/2011 sous le numéro d'identification R.N.A. : W302008872.

 

     Son objet est le développement, le promotion et la diffusion des arts et de la culture sous toutes ses formes, ainsi que ses implications, tout échange et partage, à caractère culturel, artistique, touristique, éducatif, social et civique en tout lieu, par tout type de moyens légaux directs ou indirects, en France et à l’étranger, tout en s’efforçant de les rendre accessible à tous.

 

     A travers le site musicpark.biz/music-park.org, l'association s'efforce, au-delà de l'aspect technique et technologie numérique, d'instituer une nouvelle approche dans la diffusion des œuvres musicales des artistes présents sur le site.

     Cette approche consiste en plusieurs points :

     - s'affranchir de société de perception des droits d'auteur (SPRD), concrètement, les artistes présents sur le site ne sont pas adhérents à une société de gestion de droit d'auteur comme la SACEM ou autres, ceux-ci restant libre de l'usage de leur œuvres.

     - s'affranchir de l'obligation pour les diffuseurs d'être sous le coup de la loi sur la "rémunération équitable" Article L214-1,  en ne commercialisant pas les œuvres des artistes présents sur le site (les œuvres n'étant pas par ailleurs commercialisées).

     - s'affranchir des réseaux de diffusion traditionnelles et/ou hégémonique saturés et "hermétiques", en créant son propre réseau.

     - s'affranchir de l'hypocrisie lié à la compétition (très répandu dans le milieu musical) en instaurant un esprit solidaire et une approche de coopération.

     - s'affranchir des intermédiaires entre les artistes et les utilisateurs de leurs œuvres, en prônant l'auto-production et l'auto-édition.

 

 

     Par ailleurs, nous militons pour une révision de la loi Article L214-1, à savoir que la gestion des droits voisins ne soient plus obligatoire quand une œuvre est réalisée à des fins de commerce, pour qu'ainsi un artiste dispose pleinement et entièrement des droits qu'il consens sur l'usage de ses œuvres, dans le cadre d'une commercialisation de ses œuvres.