--:-- / --:--

Pourquoi Music Park ?

 

      Il existe déjà un certain nombre de réseaux dans lesquels les artistes peuvent diffuser leur musique et la proposer en téléchargement gratuit suivant des licences comme Créative Common, on pourrait se demander alors pourquoi Music Park ?

      Music Park ne développe pas un réseau ouvert à tous les artistes, ce réseau a fait le choix de la solidarité; en effet, si le réseau était ouvert à tous les artistes, alors les moyens financiers de l'association ne permettraient pas une aide cohérente à chaque artiste, les moyens seraient dilués, et Music Park serait juste un réseau de diffusion ou chaque artiste est noyé dans la masse, comme ils le sont beaucoup, et ne profiterais qu'au dynamisme des sites sur lesquelles ils diffusent leur musique . D'autre part l'aspect solidaire nous oblige à considérer que nous ne pouvons pas demander à un artiste au travail fourni et qui aurait du "talent", d'être solidaire avec quelqu'un dont le travail serait succinct et qui de surcroît n'aurait pas de "talent" (mais notons que le talent ça se travaille), c'est aussi pourquoi nous ne pouvons pas accepter tout le monde (bien sûr, le fait qu'un artiste ne soit pas accepté, n'est pas forcément le fait d'une mauvaise qualité de l'artiste mais peut être de choix plus subjectif comme le "goût", ou dû à des contraintes d'une volonté d'éclectisme et sur-représentation dans un style musicale. A l'heure du "fichier facile", le partage est quelque chose d'honorable, et valoriser cet acte en incitant les gens à être plus prés des artistes fait parti de cet esprit. C'est donc avec ces paramètres là qu'est né Music-Park, non pas proposer gratuitement de la musique , mais vous faire découvrir des artistes indépendants qui vous offrent une utilisation (suivant certaines conditions) gratuite de leurs oeuvres. Vous allez me dire c'est pareil, du point de vue de l'utilisateur c'est effectivement semblable, mais du point de vue de la façon dont l'association gère les artistes, cela est complètement différent. Nous sommes à mi-chemin entre le label de musique et le réseau de diffusion, sans être ni l'un ni l'autre, nous sommes surtout une association pouvant s'apparenter à un collectif d'artistes qui explore parmi les nouveaux procédés, outils de technologie numérique, mais aussi et surtout les nouvelles pratiques, nous sommes une nouvelle déclinaison de ces nouveaux modes de diffusion de la musique, de l'art et la culture en générale, en essayant d'y apporter une dimension plus humaine, et un esprit solidaire. C' est un des points les plus important du projet car il sous entend que sur une année si un artiste permet par ses activités au sein du réseau de générer du flux et donc d'éventuelle rentrée d'argent dans l'association, et un autre artiste est dans le cas contraire, il n'est pas sur que l'année suivante la situation ne soit pas inversé, c'est pourquoi le soutient au niveau promotionnelle (enregistrement, concert, etc) de l'association aura un traitement équivalent pour chaque artiste, car nous pensons que la stabilité et la viabilité d'un projet artistique passe par une certaine solidarité, pas des grandes paroles mais par des procédés que nous initions par ce projet.

       Cependant, le projet n'est pas une fin en soit, il évoluera suivant les nécessités artistiques, humaines, techniques, administratives, financières, et surtout suivant le contexte de l'évolution des pratiques et de la volontés des différents acteurs du réseau. ​ L'idéal en matière de fonctionnement de diffusion d'art n'existe pas, toutefois, notre action va tout autant dans le sens de la diffusion proprement dite des oeuvres que dans la diffusion de la pratique artistique, car nous pensons que toute personne devrait pouvoir si elle le désire avoir du temps pour, entre autre si elle le souhaite , avoir une activité artistique, et que l'organisation du travail dans notre société n'étant pas adapté à cette possibilité, il est nécessaire de repenser les modes et modèles de vie de notre société.

      C'est pourquoi Music Park se propose d'apporter sa petite pierre dans un projet où des moyens sont mis en commun accompagné d'un esprit solidaire. C'est pourquoi aussi nous dirigerons le projet dans la direction de la création d'un nouveau modèle de développement tout en prônant plus de partage, et en appelant la société civile à revoir le partage du travail. ​ C'est pourquoi, nous pensons que le projet doit évoluer vers un système  ouvert à tous, bien que pour l'instant l'expérience commence dans un cadre plus restreint. C'est pourquoi nous appelons les usagers de la musique dite libre à prendre en considération que le partage dont ils profitent est une richesse économique et culturelle dont il faut soutenir les artistes qui produisent ces oeuvres. ​

      L'inspiration de ce projet est née il y a longtemps, plus de 10 ans. Le premier nom devait être "Sous le manteau", et la réalisation d'un site web n'était pas la priorité dans le projet initiale, car cela semblait trop complexe à mettre en œuvre à cette époque. D'autre part le porteur du projet avait d'autre priorité (qui était celle de la création artistique). Depuis bien des trains sont passés, et le choix de lancer ce projet, alors que des projets comme JAMENDO ou d'autres ont largement progressé et offre la possibilité de diffuser sa musique "librement", a été motivé parce qu'il apparaît que ces projets sont plutôt portés par la multitude d'artistes que ceux-là ne portent les artistes, et précisons pour Jamendo que ce projet reconstitue une "SACEM N°2", ce qui représente une alternative à la SACEM mais ne représente pas une alternative au "système SACEM". D'autre part, l'utilisation des licences Creative Common (CC) bien qu'elles ont leur rôle à jouer dans le mainstream numérique, ne permettent pas la réversabilité, à savoir que si vous placez une œuvre sous licence CC, celle-ci est sensée être diffusée à vie (jusqu'à 70 ans après la mort de l'auteur, avant qu'elle ne rentre dans le domaine public, suivant la loi) sous cette licence, sans possibilité de changement. évidement cette contrainte facilite la gestion d'une œuvre du point de vue du public, des sociétés de gestion de droit d'auteur et des diffuseurs, mais du point de vue de l'artiste, c'est une rigidité qui ne prend pas en compte l'évolution des choix d'un artiste (auteur, compositeur) qui sont souvent en fonction de son évolution social en tant qu'artiste.

     C'est pourquoi Music Park existe, et nous savons que la mise en lumière des vrais enjeux des droits d'auteurs, n'a pas vraiment encore été faite, tant les différents acteurs de la culture et de la musique, que ça soit du coté du libre et surtout des diffuseurs ou du coté des SPRD (société de perception et de répartition des droits) ou ayant droits qui sont loins de représenter tous les auteurs, compositeurs et artistes, ont des positions et des pratiques qui défendent leurs seuls intérêts aux détriments de ceux dont ils prétendent être les promoteurs.